• l'oeil & la plume...  léclats de souvenirs

    texte de Chantal Couliou                                                              ill.  jlmi  2010

     


    Le jour se tient en équilibre
    au-dessus de ses souvenirs
    - mal arrimés -
    D’un mot à l’autre,
    le vide s’est installé
    dans sa vie
    tissant un voile d’engourdissement où l’absence
    est devenue la plus forte.

    * * *

    Assise sur le lit
    des photos éparpillées
    autour d’elle.
    Elle essaie de reconstruire sa vie,
    maille après maille,
    les mots lui glissent entre les doigts.
    Sans cesse,
    elle doit rapiécer
    ces bouts de souvenirs
    pour tirer les fils de son enfance.
    La fenêtre ouverte
    lui offre de grandes rasades de vent
    qui remuent,
    peine perdue,
    les traces
    d’un passé/avenir oublié.

    * * *

    Toujours assise au même endroit
    les mains
    croisées sur ses genoux,
    elle voyage
    sur l’un de ces cargos
    béats d’exotisme.
    Sur ses épaules
    le murmure des années
    et dans ses yeux
    le regard d’un ancêtre chinois.

    * * *

    Dans les replis de la mémoire,
    un front de mer,
    une sonate de Mozart,
    l’écho d’une voix,
    un sourire
    qui nous aident à lutter contre
    les jours qui s’enchaînent
    pour ne pas oublier
    les baisers framboise,
    les nuits de pleine lune,
    l’insolence du soleil
    et la caresse du vent
    sur nos joues vieillies.

    * * *

    Les jours bien pliés
    au creux des armoires
    se font discrets
    à l’approche de l’automne.
    Les mots,
    ivres de pluie
    s’écrivent à tâtons
    sur le chemin de la mémoire
    - éclats de souvenirs -

     

    Le temps en miettes - éditions Soc et Foc

     

     


    votre commentaire
  • l'oeil & la plume... l'enfant est mort

    texte de Andrée Chédid                                   "Guerre & Paix" de Pablo Picasso

     

     

     

    L'enfant est mort

    Le village s'est vidé de tous ses combattants

    Rivé à sa mitraillette dont les rafales de feu viennent d'achever l'enfant

    L'ennemi tremble d'effroi à l'abri d'un vieux mur

    Tout est propre autour : le ciel la mer l'été rieur les pins

    L'ennemi a lancé loin par-delà les collines ses vêtements et son arme son histoire et ses lois

    Pour se coucher en pleurs à deux pas d'une fontaine sous l'ombre d'un oranger

    Près du corps de l'enfant.

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique