• " L’idée est venue de la vidéaste et photographe Brigitte Cornand (avec qui a travaillé Guy Debord avant de se suicider) qui, en 1995, a suggéré à Louise Bourgeois l’idée de « slammer » sur le texte « Otte » écrit par la réalisatrice avec en fond la musique de Ramuntcho Matta.
    Louise Bourgeois s’est alors amusé à jouer sur le suffixe et la sonorité de la syllabe ‘otte’ qui détourne le sens orignal des mots en en créant de nouveaux totalement inventés. Et le résultat est à son image, surprenant, décalé et profondément poétique. Big Up Louise ! " (apar TV)

     

    Il découvre
    un vaccin
    Elle dégotte
    un canapé à l'Hôtel des ventes

    Il est un diseur, elle calembourgeotte
    Il parle, elle parlotte
    Il joue à la bourse, elle boursicotte
    Il cuisine, mais elle popotte
    Il transporte, elle fourgotte
    Il siffle, mais elle sifflotte
    Il touche, elle touchotte
    Il tousse, elle toussotte
    Il bouqine, elle bouqinotte
    Il vit, elle vivotte Pour son pote, elle est idiote
    Avec son pote, elle dansotte

    Je suis un beau vieillard, mais tu es vieillotte

    La littote a été la bouée de sauvetage de Lisotte
    Louise est une momotte (elle fait des mots)
    Créosotte (Louise joue sur les mots, elle crée, donc elle est une créosotte)

    Charlotte à la crème / Charlotte à la crotte
    Notes sur Charlotte
    Qui est Charlotte ? Une idiote

    Il escamote les crottes contre les carottes
    Des bécottes

    Idiote sans dot, elle se fagote, se chapotte,
    Et se culotte comme une cocotte

    Dans sa cocotte, elle fricotte, elle popotte
    Des compotes

    Les cloportes de la poivrote trottent et rotent

    Charlotte, l'idiote, vivote et souffrote
    Elle se fagote et se chapotte
    Comme une berlingotte
    Elle boursicote des échalottes
    Dans sa gnognotte
    Elle ne mange pas, elle chipotte

    La femme de l'amigo est une amigotte
    La crapotte est la famme du crapaud
    La chamotte est la femme du chameau

     

    Source

    https://mercerieambulante.typepad.com/mercerieambulante/2019/03/le-8-mars.html

     


    votre commentaire
  • l'oeil & la plume...  mutilations génitales

    texte de harry r.wilkens                                                          ill. x

     

     

    On peut les voir,

    ces hommes blancs

    et ces femmes noires

    si étranges,

    parcourir l'Europe

    à toute vitesse

    dans leurs Porsches et leurs Jaguars,

    certains d'entre eux

    frappant outre-mer.

    Ils ont des couteaux tranchants

    avides de couper

    de jeunes bites, de jeunes vulves.

    Ce sont les circonciseurs et les exciseuses,

    impatiemment attendus

    et payés abondamment

    et célébrés.

    Avec beaucoup

    d'émotion et de joie

    et de petits extras.

    Qu'est-ce qu'un bourreau

    ou même un putain

    de Général des Armées

    comparés à eux ?

     

     

     

    traduction de Walter Ruhlmann

     

     

     


    votre commentaire
  • l'oeil subtil...  john denning

    The Poet

     


    votre commentaire
  • l'oeil & la plume...  laissez-moi tranquille

    texte de cécile coulon                                                      collage jlmi 2014

     

    Laissez les hommes quitter leurs femmes pour d'adorables jeunes filles
    Laissez les femmes quitter leurs hommes pour des garçons polis
    Les enfants vont grandir les douleurs les fantasmes et les hivers aussi
    Laissez les clés à vos voisins laissez les chiens faire leurs besoins et les chiennes leurs petits
    Laissez-les se noyer dans l'eau du bain laissez flotter vos chagrins à la surface du whisky
    Les poètes sont des boxeurs qui ne savent plus sur quel pied danser laissez-les transpirer
    Les romanciers sont des marathoniens qui s'épuisent avant la fin laissez-les s'abreuver
    Laissez les blondes avoir d'énormes seins laissez les brunes avoir de longues jambes
    Les gens qui se haïssent vous savez souvent s'assemblent
    Côte à côte main dans la main pourtant nous n'avons rien à faire ensemble
    Laissez les gens baiser comme des lapins laissez les gens faire l'amour comme dans les films
    Laissez les gens s'enfermer se salir s'indigner
    Ça n'ira pas plus loin qu'une lettre d'adieu sur le frigo dans la cuisine

    Laissez l'adolescence faire rugir sa colère déplacer des montagnes et tarir les rivières
    Laissez les bons élèves se rêver musiciens laissez les ouvriers se rêver magiciens
    Transformer la machine en mannequin libérer la colombe étouffée dans leurs mains
    Laissez les médecins tirer sur l'ambulance ouvrez les hôpitaux aux malades du coeur
    Fracassés par l'absence la puissance de l'ennui le manque de chaleur
    Laissez les femmes lécher d'autres femmes
    Laissez les hommes sucer d'autres hommes
    Qu'est-ce que ça peut vous faire l'appartement est vide et le désir s'affame
    Comme une fille qui n'a plus que la peau sur les os et du sel dans ses larmes
    Laissez les animaux pisser sur vos portails laissez vos descendants cracher sur vos portraits
    Personne n'est obligé d'aimer la ligne du même sang la haine a ses blasons que la famille ignore
    Laissez les amoureux oublier qu'ils ont aimé laissez les malheureux oublier qu'ils ont sombré
    La solitude est une eau douce il fait bon s'y baigner laissez vos gosses passer la nuit dehors
    Ce sera moins dangereux que le mauvais décor de vos deux corps fermés coquillages silencieux

    Laissez vos chaussures dans l'entrée
    Laissez vos écharpes sécher
    Il pleut dans mon coeur comme sur un toit d'ardoise et le vent souffle fort
    Laissez-moi profiter d'un oreiller brûlant le navire ne prend plus de passager à bord
    Laissez les écrivains devenir célèbre avant leur mort laissez les écoliers sécher leurs yeux et la classe
    Ils ont le droit d'avoir peur vous avez le droit de vous taire le passé est une enclume l'avenir une menace

    Laissez-moi penser à vous comme si nous avions toujours eu des mains liées des bouches humides
    Laissez-moi vous voir je connais votre visage les lignes de vos pommettes jusqu'à vos premières rides
    Laissez-moi prendre du recul du poids de la distance
    Laissez-moi prendre de l'élan du pognon de l'espace
    Le talent se construit le génie se libère laissez les anonymes écarter en deux murs la surface de la terre
    Inscrire à l'encre des paupières les envies de voyage de douceur de promesses mensongères
    Laissez-moi tranquille mes histoires me suffisent je n'ai besoin de rien
    Il pleut dans mon coeur comme sur un toit d'ardoise et j'entends de ma chambre aboyer les derniers chiens. 

      

     Source cg  délit de poésie   http://delitdepoesie.hautetfort.com/ 


    votre commentaire
  • celle qui manque small.jpg

    Motivée par une lectrice enthousiaste qui voulait vraiment avoir ce livre qui n'existe plus, je me suis décidée à reprendre "Celle qui manque" (qui avait été publié chez Asphodèle en 2011) à tire d'ailes, mon tout fait maison et le voici donc dans sa version 2019

     


    Format 14 x 16 cm
    48 pages

    imprimé sur papier 90gr calcaire
    Couverture 250 gr calcaire
    100 % recyclé
    photo en couv. de l'auteur

    12 euros (+2 pour le port)

    contact

     

     


    1 commentaire