•  

    "Voilà deux pointures, Aubry et Carlson et puis elle me paraît papillon, éphémère, un papillon ça cherche "on ne sait quoi"  c’est saccadé leur vol, on les croit un peu bourré, c’est ce que j’aime chez eux : ce vol fragile et incertain"   bruno toméra

     

     


    votre commentaire
  • VOICI COMMENT SE PROCURER LES RECUEILS de CATHY GARCIA

     

     

     

    Tous les livres "à tire d'ailes" sont intégralement fabriqués et imprimés par ses soins sur du papier 100% recyclé haut de gamme. Tirages numérotés.

     

    Port (France) : 2 (sauf Purgatoire et La chèvre : 1,50 )

    Règlement : chèque ou virement

    à commander par mail à mc point cg arobase point orange

     

    dédicaces éventuelles à demander

     

    couv scan small.jpgMON COLLIER DE SEL, à tire d'ailes, 2020, illust. originales n&b de l'auteur, 36 pages agrafées, tirage numéroté sur papier recyclé haut de gamme, 12 €

    http://cathygarcia.hautetfort.com/archive/2020/11/02/deux...

     

     

    COUV.jpgÀ LA LOUPE, TOUT EST RITUEL, à tire d'ailes, 2020, illust. originales n&b de l'auteur, 52 pages agrafées, tirage numéroté sur papier recyclé haut de gamme, 12 €

    http://cathygarcia.hautetfort.com/archive/2020/05/25/vien...

     

     

     

    COUV.jpgPANDÉMONIUM II, à tire d'ailes, 2019, illust. originales n&b de Joaquim Hock, 48 pages agrafées, tirage numéroté sur papier recyclé haut de gamme, 12 €

    http://cathygarcia.hautetfort.com/archive/2019/08/30/avis...

     

     

     

    COUV.jpgTOBOGGAN DE VELOURS à tire d'ailes, 2019, collages en couleur de l'auteur, format vertical 10,5  x 20,5 cm, 32 pages agrafées, tirage numéroté sur papier recyclé haut de gamme,10 €

    http://cathygarcia.hautetfort.com/archive/2019/08/30/avis...

     

     

    001.jpgCELLE QUI MANQUE, à tire d'ailes, 2019 (réédition), photo en couv. de l'auteur, 48 pages agrafées, tirage numéroté sur papier recyclé haut de gamme, 12 €

    http://cathygarcia.hautetfort.com/archive/2019/05/09/cell...

     

     

    DSC07247.JPGAUJOURD'HUI EST HABITABLE, Cardère éd., 2018, photos couleur de l'auteur, 44 pages, 12 €

    http://cathygarcia.hautetfort.com/archive/2018/09/26/aujo...

     

     

     

     

    COUV.jpgCALEPIN PAISIBLE D'UNE PÂTRESSE DE POULES, Nouveaux Délits éd., 2018, photos en sépia de l'auteur, 28 pages agrafées, tirage numéroté sur papier recyclé haut de gamme, 10 €

    http://cathygarcia.hautetfort.com/archive/2018/08/11/avis...

     

     

     SURSIS COUV tirage de tête small.jpgSURSIS, à tire d'ailes 2017, neuf collages papier originaux, 28 pages agrafées, tirage limité et numéroté sur papier recyclé haut de gamme, 10 € (tirage de tête en couleurs : épuisé)

    http://cathygarcia.hautetfort.com/archive/2017/10/10/avis...

      

      

    D'OMBRES COUV small.jpgD'OMBRES, à tire d'ailes, 2017, illustrations originales n&b de l'auteur, 48 pages agrafées, tirage limité et numéroté sur papier recyclé, 10 € 

    http://cathygarcia.hautetfort.com/archive/2017/03/08/vien...

     

     

    couv small.jpgPURGATOIRE  QUOTIDIEN, à tire d'ailes, 2014, (réédition du Mi(ni)crobe 32 publié par la revue belge Microbe, 2012), illustration de l'auteur en couv., 24 pages agrafées, tirage numéroté sur papier recyclé, 5 €

    http://cathygarcia.hautetfort.com/archive/2014/12/09/purgatoire-du-quotidien-5506817.html

     

     

    IMG_0001.jpgMYSTICA PERDITA, à tire d'ailes, 2009, illustrations originales n&b de Jean-Louis Millet, postface de Werner Lambersy, 40 pages agrafées, tirage numéroté sur papier recyclé haut de gamme, 12 €

     http://delitdepoesie.hautetfort.com/recueil-mystica-perdita-2009/

     

      

    sans-titre.jpgNOUVELLE HISTOIRE DE LA CHÈVRE DE MONSIEUR SEGUIN (conte) à tire d'ailes, 2008,  illustration originale n&b de Michèle Martinelli en couverture, 17 pages agrafées, tirage numéroté sur papier recyclé, 5 €

     http://delitdepoesie.hautetfort.com/archive/2014/09/27/nouvelle-histoire-de-la-chevre-de-monsieur-seguin-2008-5456104.html

     

      

    couverture.jpgCHRONIQUES DU HAMAC, à tire d'ailes, 2008, photos couleurs de l'auteur, 56 pages agrafées, tirage numéroté sur papier recyclé haut de gamme, 14

     http://delitdepoesie.hautetfort.com/archive/2008/09/06/nouveau-recueil-chroniques-du-hamac.html

     

     

    salin.jpgSALINES, à tire d'ailes 2007, illustrations originales n&b de Katy Sannier, 44 pages agrafées, tirage numéroté sur papier recyclé haut de gamme, 12 €

    http://delitdepoesie.hautetfort.com/archive/2013/01/07/salines-retour-a-l-autoedition.html

     

     

     

    Jardin du causse scan couv small.jpgJARDIN DU CAUSSE, à tire d'ailes 2004, illustrations originales n&b de Joaquim Hock, préface de Mireille Disdero, postface de Patrick Devaux, 88 pages agrafées, tirage numéroté sur papier recyclé haut de gamme, 13 €

     

    http://delitdepoesie.hautetfort.com/archive/2013/01/07/jardin-du-causse-retour-a-l-autoedition.html

     

     

    anch.jpgLES ANNÉES CHIENNES Série autodigestion, à tire d'ailes, 2007, illustrations originales n&b de Marie Bouchet, 52 pages agrafées, tirage numéroté sur papier recyclé haut de gamme, 10 €

     

    http://delitdepoesie.hautetfort.com/archive/2007/02/25/les-annees-chiennes-vient-de-paraitre-en-auto-edition.html

     

     

     

    Pour les publications Nouveaux Délits, vous pouvez les commander directement également (port : 2 €)). Il s'agit de :

     

    CALEPIN PAISIBLE D'UNE PÂTRESSE DE POULES, 2018 

    GUERRE ET AUTRE GÂCHIS, 2014 

    POÈMES FOLLETS & CHANSONS FOLLETTES POUR GRAND PETITS & PETITS GRANDS, 2013 

    CLAQUES & BOXONS, 2013 

    AILLEURS SIMPLE, 2012 

    ÉTATS DU BIG BANG, 2010  

    ou voir ici :

    http://associationeditionsnouveauxdelits.hautetfort.com/archive/2013/09/19/pour-commander-des-livres-5176019.html

     

     

     

    Pour ses autres publications vous pouvez les commander directement également, notamment si vous souhaitez une dédicace, ou chez les éditeurs concernés : 

     

    CardèreAujourd'hui est habitable, 2018 ; Fugitive, 2014 ; Les mots allumettes, 2012 ; Le poulpe et la pulpe, 2011 https://cardere.fr

     

    Gros Textes : Le Tarot de Saint Cirque (avec Lionel Mazari), 2020, Bonzaïs hallucinogènes, 2017 et Trans(e)fusées, 2015 https://sites.google.com/site/grostextes/

     

    Encres Vives : Ombromanie, 2007

     

    mgv2>publishing : Des ourses dans le ciel, 2015 ; Asphodèle : Un vanity de vanités, 2012 ; Celle qui manque, 2011 ; éditions de de l'Atlantique : Jardin du causse, 2010 et Eskhatiaï, 2010.

     

    Biblio complète ici : 

    http://cathygarcia.hautetfort.com/biblio-d-un-seul-coup-d...

     

     

     


    1 commentaire
  •  

    "Runaway Train"

     

    Call you up in the middle of the night
    Like a firefly without a light
    You were there like a blowtorch burning
    I was a key that could use a little turning

    So tired that I couldn't even sleep
    So many secrets I couldn't keep
    Promised myself I wouldn't weep
    One more promise I couldn't keep

    It seems no one can help me now
    I'm in too deep
    There's no way out
    This time I have really lead myself astray

    Runaway train never going back
    Wrong way on a one-way track
    Seems like I should be getting somewhere
    Somehow I'm neither here nor there

    Can you help me remember how to smile?
    Make it somehow all seem worthwhile
    How on earth did I get so jaded?
    Life's mysteries seem so faded

    I can go where no one else can go
    I know what no one else knows
    Here I am, just drowning in the rain
    With a ticket for a runaway train

    And everything seems cut and dry
    Day and night
    Earth and sky
    Somehow I just don't believe it

    Runaway train never going back
    Wrong way on a one-way track
    Seems like I should be getting somewhere
    Somehow I'm neither here nor there

    Bought a ticket for a runaway train
    Like a madman laughing at the rain
    A little out of touch, a little insane
    It's just easier than dealing with the pain

    Runaway train never going back
    Wrong way on a one-way track
    Seems like I should be getting somewhere
    Somehow I'm neither here nor there

    Runaway train never coming back
    Runaway train tearing up the track
    Runaway train burning in my veins
    I run away but it always seems the same

     

     

     

     

    Au milieu de la nuit j'me rappelle de toi  

    Comme une luciole sans lumière
    Tu étais là comme une torche qui brûlait
    Et moi j'étais une clef qui ne demandais qu'à être tournée

     


    Tellement fatigué que je ne pouvais même pas dormir
    Tellement de secrets que je ne pouvais pas garder
    Je m'étais promis de ne pas pleurer
    Encore une promesse que je n'ai pas pu tenir

    C'est comme si maintenant plus personne ne pouvait m'aider
    Je me suis trop enfoncé, il n'y a aucune issue
    Cette fois je me suis vraiment égaré

    Un train à la dérive, ne fait jamais marche arrière
    Un mauvais chemin sur une unique voie
    C'est comme si je devais arriver quelque part
    Tant bien que mal je ne suis ni ici ni là

     

    Peux-tu me réapprendre à sourire ?
    Le faire tant bien que mal semble-t-il en valoir la peine ?
    Comment sur Terre ai-je pu devenir si éreinté ?
    Le mystère de la vie parait tellement fade

    Je peux aller où personne d'autre ne peut aller
    Je sais ce que personne d'autre ne sait
    Je suis juste un homme qui se noie dans la pluie
    Avec un ticket pour un
    train à la dérive

    Et tout semble réduit
    Jour et nuit, terre et ciel
    Tant bien que mal je n'y crois tout simplement pas

    Un train à la dérive ne fait jamais marche arrière

    Un mauvais chemin sur une unique voie
    C'est comme si je devais arriver quelque part
    Tant bien que mal je ne suis ni ici ni là

    Acheter un ticket pour un train à la dérive
    Comme un fou qui se moque de la pluie
    Un peu hors d'atteinte, un peu dément
    C'est juste plus facile que de marchander avec la douleur

    Un train à la dérive, ne fait jamais marche arrière
    Un mauvais chemin sur une unique voie
    C'est comme si je devais arriver quelque part
    Tant bien que mal je ne suis ni ici ni là

    Un train à la dérive, ne reviens jamais
    Un train à la dérive, déraille

     

    Ce train à la dérive, brûle dans mes veines
    Je m'enfuis, mais tout me semble toujours pareil

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    l'oeil & la plume... bouche pleine

    texte de murièle modély                                          ill. jlmi 2019

     

     

     

     

     tu es assise à table, à faire tourner entre ton pouce et ton index
    une coupe remplie d'alcool, disons... du champagne
    à laper, tu te reprends, à siroter quelques gorgées, entre deux rires et un regard

    /

    soudain tu te mets à tousser en postillons serrés, le rêve démesuré
    tu bois une bière dans un bock, assise à la table écaillée
    pendant que lui regarde dans l'autre pièce, un truc ou l'autre à la télé

    /

    tu tousses, mais ce n'est pas la bière ou la peur qu'il te voit
    à cette heure déjà en train de picoler, qui te fait crachoter
    la télé est à fond, il ne t'entend jamais

    /

    tu bois vite, tu manges vite, tu vis vite, faut faire passer tout ça
    lui ou un autre, tu avales, tousses, t'étouffes
    ton rêve comme une arête coincée en travers de la gorge

    /

    faut faire passer tout ça...
    t'avais dit ça aussi quand elle avait pris l'aiguille à tricoter
    t'avais dit ça tout pareil sans majuscule ni point d'exclamation
    l'aiguille à tricoter en métal blanc

    /

    l'envie de tricoter t'est d'ailleurs passé d'un coup
    quand ton regard se pose maintenant
    sur la pelote dans le panier
    c'est bizarre, tu penses à un crâne réduit en miettes
    les fils de laine en boule, comme du tissu cérébral, emmêlés

    /

    de toute façon, le tricot c'était pour faire plaisir à ta mère
    le genre de truc, penses-tu, qui plaît aux hommes, avec les turlutes
    le rouge te monte aux joues, parce que ce mot tu ne le dis jamais, ta mère si

    /

    ton assiette est rouge, tu pensais que peut-être
    la couleur passerait avec la mousse
    tu as beau picoler, toujours le rouge  devant toi
    les spaghettis figent dans la sauce grasse
    il est neuf heures, tu n'as pas faim

    /

    l'assiette te donne des hauts le cœur, il ne dit rien
    - il ne dit jamais rien
    il n'a rien dit la veille, quand tu t'es soudain arrêtée de manger
    quelque chose coincé dans l’œsophage
    il a juste frappé la table très fort
    du plat de la main

    /

    alors tu avais mis l'assiette au frigo, sans rien dire toi non plus
    parce que c'est toujours pareil, tu ne peux t'empêcher de faire tout de travers
    non contente de vivre aux crochets de la société, de ta mère, des hommes
    tu ne peux t'empêcher de te faire remarquer

    /

    le ventre
    la bouche pleine
    l'aiguille à tricoter
    tout ce que tu avales
    tu le recraches

    /

    ce matin, tu as ressorti l'assiette
    car tu ne peux pas passer ta vie à gaspiller
    tout ce qu'on s'échine à te donner

    /

    ce matin, tu regardes l'assiette
    au milieu de tes rêves qui hoquètent
    tu avales des bières, l'estomac au bord
    tout au bord des lèvres
    en chipotant encore
    les restes du repas d'hier


    votre commentaire
  •  

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires