• 01 (3).jpg

    cliquez sur la couverture pour ouvrir le livre


    votre commentaire
  • 01.jpg

     

    cliquez sur la couverture pour feuilleter le lrecueil

    votre commentaire
  • 01.jpg

    cliquez sur la couverture pour feuilleter le livre


    votre commentaire
  • 01.jpg

    cliquez sur l'image pour feuilleter le recueil

     


    votre commentaire
  • l'oeil & la plume... Rosa

    texte de cathy Garcia                  installation Chiharu Shiota  The world is pink !

     

     

    La voix brode le silence d’une chanson triste. Elle parle d'amour consolateur et voilà l'histoire : Rosa pleure. Elle pleure et pleurera encore pendant des siècles et des siècles. Sa tristesse n’a ni fin, ni commencement, elle est née avec elle, telle une ombre, le négatif de la lumière.

     

    Toutes les Rosa pleurent et leurs larmes alimentent l'océan de toutes les peines. Toutes les Rosa pleurent à genoux, devant leurs fleurs piétinées, mais jamais elles ne désespèrent de ce jardinier, celui dont elles ont tant entendu parler : l'homme avec un petit "h" comme humilité,  deux « m » pour mieux aimer, grand cœur, belle âme, aux mains tendres et fertiles.

     

    Rosa depuis longtemps ne rêve plus, craint le silence quand il tombe comme un couperet pour dévoiler les chaînes. Tous les trousseaux de clés rouillées pour ouvrir des portes qui n'existent plus. Aujourd'hui pourtant, le silence est son refuge. C'est aussi son tombeau. Rosa pleure et des vagues amères la submergent. Son cœur souillé depuis trop longtemps sans fabriquer de perle.

     

    Un jardinier..., pense t’elle. Un jardinier pour tailler les branches mortes, afin que l'amour puisse enfin croître et s'épanouir. Rosa ne demande que ça : fleurir !

     

    La nuit passe. Un sursis. C’est le matin tout couvert de brumes. Rosa peut sentir la froidure jusqu'au fond de ses yeux. Elle reste cloîtrée dans la chambre des tortures, sa tour de silence. Elle a usé trop de mots déjà. Il n'y a plus rien à dire, seulement attendre. Attendre que le temps recouvre les plaies de doux tissus de mensonges.

     

    Rosa, écoute ! Un chant tout proche parle d’amour consolateur.

     

    Cg, 1998

     

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires